• fecofoot
  • Aucun commentaire

Stade Alphonse MASSAMBA-DEBAT: L’entretien de la pelouse, un défi à relever

Le président de la Fédération Congolaise de Football a trouvé les premiers éléments de réponse quant à  sa volonté  de renouveler  le certificat de  la pelouse du stade Alphonse MASSAMBA-DEBAT. La Société GREENFIELDS persiste et signe que le terrain est bon il ne lui reste que l’entretien.

 La descente de la Société Greenfields sur le stade mythique du pays a  visiblement  montré toutes les insuffisances des gestionnaires du stade dans la maintenance  de cette  pelouse dont la garantie est estimée à huit ans.  Cette société est venue s’enquérir de la situation à la demande du président Jean Guy Blaise MAYOLAS après la visite du chantier du Centre technique d’IGNIE.  Le premier constat balaie d’un revers de la main l’hypothèse de changer la pelouse.

« De manière général, l’état de la pelouse n’est pas du tout mauvais. La planimétrie  est très bonne. La seule chose qui n’est pas bien faite c’est la maintenance », a expliqué Franclin NGWESE NGABE  au président et au  secrétaire général de la FECOFOOT. Car lors de la visite la Société GREENFIELD a fait  le constat selon lequel,  tous les gazons sont couchés alors que les vibres  doivent être débout. Face à ce triste constat, le  chef du projet a pris l’engagement  d’envoyer son équipe technique déjà à pied d’œuvre à IGNIE pour la pose de la pelouse du centre technique de la fecofoot, pour cette fois-ci assurer l’entretien de la pelouse  du stade Alphonse-MASSAMBA-DEBAT pendant une semaine. « Je vais faire appel à mon équipe technique qui est IGNIE, pour assurer  l’entretien pendant une semaine.  Je vais amener  un laboratoire  pour venir faire des tests FIFA après la maintenance. Je pense que pour  la pelouse, on peut encore espérer avoir le certificat », a-t-il expliqué.  

Les preuves ont parlé d’elles-mêmes. Lorsque que  la société a passé le relais aux Congolais après la pose de la pelouse en 2015, le compteur du  tracteur indiquait 40 heures d’utilisation mais six ans après,  il est resté  à 82 heures.  Cela sous entend que  le gazon n’est pas régulièrement brossé.  Devant ce  triste  constat  le patron de GREENFIELDS a pris l’engagement   de former le personnel qualifié pour l’entretien  car sur  place, ils ont trouvé tous les matériaux « J’ai vu les granulés, le tracteur et la brosse, ils sont en bon état. C’est juste la volonté de travailler qui manque. Je vais vous fournir les documents pour la maintenance car le soubassement est encore en très bon état, il n’y a pas d’affaissement. Le terrain est bien fait. C’est juste qu’. il faut brosser après chaque match », a-t-il constaté.

Selon Franclin NGWESE NGABE  le nombre d’heures d’utilisation de la pelouse est estimé à 2500 par an. Or en Afrique a-t-il souligné,  ce nombre est passé du double au triple.

Auteur : fecofoot